Santé : Réduire l’exposition aux ondes des GSM est une nécessité. Comment y parvenir ?

Publié le par Jo404

ondes_cerveau.gifL’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient de reconnaître que l’usage des GSM "peut être cancérogène. Les experts estiment par ailleurs que "de nombreuses études doivent encore être menées pour établir les liens entre usage du GSM et cancer", et que "dans l’attente, il est important de prendre des mesures pragmatiques afin de réduire l’exposition (aux ondes)". Lesquelles ? Et quelles revendications politiques ? Tour d’horizon.


Dans son communiqué relatif au caractère potentiellement cancérogène des ondes GSM, l’OMS, par la voix de Christopher Wild, directeur du CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), précise qu’ « il est important que des recherches complémentaires soient menées sur l’utilisation intensive, sur le long terme, des téléphones portables et que dans l’attente de la disponibilité de telles informations, il est important de prendre des mesures pragmatiques afin de réduire l’exposition (aux ondes) », citant l’utilisation de kits main-libres et l’usage des sms. Trouvant la liste un peu courte, nous vous proposons de l’allonger quelque peu.

 

Précautions pour limiter les risques

 

- N’autorisez pas les enfants de moins de 12 ans (certains disent 15) à utiliser un téléphone portable sauf en cas arton4210.jpgd’urgence. En effet, les organes en développement (du foetus ou de l’enfant) sont les plus sensibles à l’influence possible de l’exposition aux champs électromagnétiques. Même précaution pour les femmes enceintes et les personnes équipées d’appareils électroniques d’assistance médicale.

- Lors de vos communications, essayez autant que possible de maintenir le téléphone à plus d’1 m du corps (l’amplitude du champ baisse de quatre fois à 10 cm, et elle est cinquante fois inférieure à 1 m de distance. Mieux : utiliser systématiquement le kit piéton livré avec votre téléphone.

- Restez à plus d’un mètre de distance d’une personne en communication, et évitez d’utiliser votre téléphone portable dans des lieux publics comme le métro, le train ou le bus où vous exposez passivement vos voisins proches au champ électromagnétique de votre appareil.

- Evitez le plus possible de porter un téléphone mobile sur vous, même en veille. Ne pas le laisser à proximité de votre corps la nuit (sous l’oreiller ou sur la table de nuit) et particulièrement dans le cas des femmes enceintes – ou alors le mettre en mode « avion » ou « hors ligne/off line » qui a l’effet de couper les émissions électromagnétiques.

- Si vous devez le porter sur vous, assurez-vous que la face « clavier » soit dirigée vers votre corps et la face « antenne » (puissance maximale du champ) vers l’extérieur.

- N’utilisez votre téléphone portable que pour établir le contact ou pour des conversations de quelques minutes seulement, maximum 3 (les effets biologiques sont directement liés à la durée d’exposition). Il est préférable de rappeler ensuite d’un téléphone fixe filaire (et non d’un téléphone sans fil —DECT)— qui utilise une technologie à micro-ondes apparentée à celle des portables).

- Quand vous utilisez votre téléphone portable, changez de coté régulièrement, et avant de mettre le téléphone portable contre l’oreille, attendez que votre correspondant ait décroché (baisse de la puissance du champ électromagnétique émis).

- Evitez d’utiliser le portable lorsque la force du signal est faible ou lors de déplacements rapides comme en voiture ou en train (augmentation maximale et automatique de la puissance lors des tentatives de raccordement à une nouvelle antenne relais ou à une antenne distante).

- Communiquez par SMS plutôt que par téléphone (limite la durée d’exposition et la proximité du corps).

- Choisissez un appareil avec le DAS le plus bas possible par rapport à vos besoins (le « Débit d’Absorption Spécifique » mesure la puissance absorbée par le corps). Un classement des DAS des téléphones contemporains des différents fabricants est notamment disponible sur le site guerir.fr.

 

Et des revendications politiquesondes_gsm_400.jpg

 

Pour les associations environnementales et de protection de la santé, il est par ailleurs évident que le secteur doit être strictement encadré et qu’au minimum les mesures suivantes soient le plus rapidement prises :

- rendre obligatoire la mention de la puissance de l’appareil exprimée en Watt/kg. Cette mention doit être parfaitement visible sur l’appareil et devrait idéalement être située sur une échelle de valeurs comparative à l’instar par exemple de ce qui se fait avec la consommation énergétique des appareils électroménagers ; cette mention (et l’échelle de valeur) doit se trouver, suffisamment visible, sur toutes communications relatives à l’appareil ainsi que sur son emballage ;

- les oreillettes filaires doivent être systématiquement intégrées dans la boite d’origine des téléphones mobiles et le mode d’emploi doit insister sur la primauté, lors de l’usage, de ce mode d’écoute ;

- de larges campagnes d’informations sur les dangers liés à l’utilisation des GSM, plus particulièrement par les enfants de moins de 12 ans reprenant une incitation claire, à destination des parents et des adultes en général, à ne pas leur en acheter pour un usage personnel.

 

Le conseil "ultime"

 

Ne remplacez pas votre GSM lorsqu’il est "fini" (ou débarrassez-vous en, mais proprement) et tentez l’expérience enivrante d’une liberté retrouvée. Car, que vous le reconnaissiez ou pas, cet engin est une drogue : restez, pour vous en convaincre, 24h (représentatives d’une journée "habituelle") sans l’allumer et étudiez l’impact que cela a sur vous...

 

Un article de Alain Geerts, publié le 2 juin 2011 sur logoIEW couleur suivantes

Publié dans Revue du Web

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article