Le GASAth : Et si acheter des tomates en circuit court devenait un acte convivial et citoyen ?

Publié le par Jo404

philippe-cousin_paniers.jpg

 

Le GASAth a soufflé sa première bougie en mai 2010, et s'est divisé en deux groupes en janvier 2011 suite à l'augmentation constante du nombre de ses membres...

 

Mais qu'est-ce que le GASATH?


Le « Groupe d'Achat Solidaire d' Ath» est une association de personnes soucieuses de permettre à tout citoyen de manger des produits de qualité issus d'une agriculture locale et respectueuse de l'homme, des animaux et de l'environnement.

 

Dans la région, un autre groupe d'achat solidaire, issus du GASAth, existe également à Chièvres et un troisième est en préparation à Lessines sous l'impulsion de notre locale des Amis de la Terre...

 

Mais pourquoi faire ce choix, alors que les rayons des supermarchés ne désemplissent pas? Et comment ça marche ?

C'est ce que nous vous proposons de découvrir...

 

Le GASAth en pratique...

Dans l'émission NUWA (La Première radio) du 26 novembre 2010, Marylise Ledouble du GASAth et Yannick Hostie, maraîcher bio qui fourni le GASAth ont été interviewé.

Il y a été question du fonctionnement des "GAS" et d'un projet de coopérative agricole paysanne regroupant des producteurs et des consommateurs de la région d’Ath, Chièvres, Mons et Uccle.

Il est également question d'un projet de coopérative foncière afin de préserver l'accès à la terre pour les agriculteurs et maraichers qui voudraient se lancer.

  1. Le GASAth, c'est pour qui ?

Pour tout le monde, c'est le but !

 

  1. Que peut-on y acheter ?

Le GASATH privilégie les produits locaux issus de l'agriculture durable (le label « bio » est considéré comme une référence). La liste des produits disponibles varie en fonction des saisons. On trouve notamment de la viande, de la volaille, des légumes habituels de saison (pas de serres chauffées : pommes de terre, tomates, carottes, salades, choux, courgettes, potirons...) mais aussi des légumes "oubliés" (panais, courges, bettes, anciennes variétés de tomates...), des œufs, du lait, du fromage, du yaourt, du miel...

  1. Comment commande-t-on ?

Chaque membre établit chaque semaine sa commande à partir d'une liste de produits disponibles fournie par les producteurs.

 

  • Quand reçoit-on sa commande ?

Mes avantages :

Des produits locaux, de saison, bio,

aux qualités gustatives et nutritives incomparables,

à un prix abordable et équitable

Chaque samedi entre 10h et 11 h ou entre 12h et 13h, au Bassin Ninie à Ath. Les produits maraîchers, le lait et certains fromages sont distribués chaque semaine. Les commandes de viande et d'autres produits laitiers au moins deux fois par mois, le miel en saison ...

 

  1. Comment et combien paie-t-on ?

Le GASAth et les producteurs conviennent de prix considérés comme "justes".
Chaque membre verse une provision mensuelle ou règle chaque commande sur le compte du GAS.

 

  1. Comment ça fonctionne ?

Le GASATH est un groupe autogéré : les membres assument toutes les fonctions selon le principe de la tournante : les commandes, la trésorerie, le transport de la marchandise,... Il ne s'agit donc pas d'un magasin !

 

08_35.jpg

Pourquoi acheter sa nourriture en circuit court ?

 

Acheter des produits pour se nourrir peut être perçu comme un acte anodin. Et pourtant... Tous nos actes de consommation ont un impact...social, environnemental, sur la santé,... S'approprier ce pouvoir d'achat, c'est infléchir le monde dans lequel on vit.

A sa modeste échelle locale, le Groupe d'Achat Solidaire présente de multiples atouts : pour les producteurs, pour les consommateurs, pour la biodiversité, pour le climat, pour la convivialité, pour un tissu social renforcé,...

 

 

  1. Des produits locaux 

Acheter des tomates qui viennent d'Afrique du Nord ou des oignons de Thaïlande alors qu'ils peuvent pousser près de chez nous, est-ce que cela a vraiment un sens ? Et que connaissons-nous des conditions de travail de ceux qui ont produit ces aliments ? Que dire de l'influence sur l'environnement et sur le climat des rejets de gaz à effet de serre liés au transport de nourriture à travers le monde ?

En achetant des produits locaux, nous savons d'où vient ce que nous mangeons, et nous connaissons les producteurs. Petit à petit se développe une relation de confiance réciproque entre ces producteurs et les membres du GASAth. Ensemble, nous faisons un geste pour le climat, mais aussi pour l'économie locale.

 

  1. Des produits équitables

    Cliquez ici pour voir un reportage sur le GASAth, réalisé par No Tele et diffusé en décembre 2009.

Se nourrir à partir de légumes, de viande, de produits laitiers... produits localement, c'est d'abord soutenir nos agriculteurs locaux, être solidaires avec eux. On ne le dit pas assez, mais si rien ne change, l'agriculture paysanne risque de disparaître au profit d'une agriculture industrielle souvent peu soucieuse de l'environnement, de la qualité, de l'emploi...

La crise du lait a permis de prendre conscience de certaines difficultés du secteur agricole, qui est souvent à la merci de la grande distribution et des marchés financiers qui fixent les prix.

Le GASAth veut proposer une alternative. Les producteurs qui nous livrent reçoivent une juste rémunération, tout en gardant des prix raisonnables.

Dans ce sens, le GASAth veut favoriser le commerce équitable, au plan local, comme d’autres le font au plan international.

 

  1. Des produits de saison

En mangeant de saison, on évite notamment de devoir faire chauffer des serres pour y cultiver fruits et légumes. Produire des aliments de saison demande donc beaucoup moins d'apports d'énergie, d'eau et d'infrastructures. Les coûts sont alors moins importants pour le producteur, et les prix sont plus abordables pour les clients. Et là aussi, c'est un geste positif pour le climat et pour la protection de l'environnement.

 

  1. Des produits respectueux de l'environnement

Quelques constats : de moins en moins d'abeilles pour la pollinisation, des espèces animales et végétales qui disparaissent chaque jour, de plus en plus d'allergies, voire de cancers, des terres agricoles qui s'appauvrissent... Ces problèmes sont régulièrement l'objet de reportages alarmants, d'articles scientifiques... La santé et la biodiversité sont en danger.

Les spécialistes nous disent que l'usage des pesticides et des engrais chimiques dans l'agriculture industrielle intensive a une influence certaine sur ces problèmes. Et le résultat dans les rayons des magasins est souvent aussi que les aliments ont perdu leur goût naturel. Les produits «bio» proposés par nos agriculteurs locaux sont une première étape pour retrouver le goût des aliments, pour favoriser notre bonne santé et celle de nos enfants, ainsi que pour protéger la biodiversité. Le bio local a aussi l'avantage de ne pas nécessiter de longs transports, et d'être produit dans des conditions de rémunération équitable. Un geste positif, pour la biodiversité, pour la santé, pour le climat...

 

  1. L’apport d'un groupe

S'organiser en groupe pour aller chez les producteurs, c'est d'abord y aller chacun à son tour chercher la commande et la rapporter à un point de rendez-vous. Tout le monde gagne donc du temps sur les courses, et de l'argent sur les trajets. C'est aussi plus simple pour les producteurs.

Ceux qui n'ont pas de voiture sont aussi les bienvenus et rendent d'autres services, à leur tour. Le groupe, c'est aussi partager ses recettes, se rencontrer dans un cadre convivial, de temps en temps se réunir pour évaluer le fonctionnement...

La demande en produits bio, locaux, de saison est de plus en plus forte, c'est bien. Mais les producteurs locaux ont actuellement des difficultés à y faire face. En groupe, et en collaboration avec les autres groupes d'achats de la région nous sommes aussi plus forts pour aider de nouveaux producteurs locaux à collaborer avec nous et à se lancer dans une agriculture paysanne.

 

J.D.

Publié dans A découvrir !!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article