D’ici 2020, la production des champs pétroliers en activité aura diminué de 30%

Publié le par Jo404

transition-energie.jpg

C’est ce que rappelle Bernard Durand (1), ex-responsable à l’Institut Français du Pétrole (IFP, aujourd’hui IFP Energies Nouvelles) dans un article au titre évocateur :“L’Europe plus fragile face au pic pétrolier”…et le texte annonce la couleur “…l’heure n’est pas (encore) à l’affolement…”, peak oil oblige !

Il est intéressant de noter que l’info est publiée sur Novethic, qui en tant que filiale de la Caisse des Dépôts, est un pur produit de l’establishement.

Bernard Durand indique : “Les quantités disponibles sur le marché international vont décroître plus vite que la production mondiale, malgré l’apparition de nouveaux pays exportateurs comme le Brésil ou le Kazakhstan” et ajoute “Car d’ici 2020, la production des champs pétroliers en activité aura diminué de 30 %”.

Nous sommes donc bien dans “En face de tendances lourdes d’augmentation des prix de l’énergie” en France et dans le monde. C’est la raison pour laquelle l’investissement dans l’exploration-production a retrouvé des couleurs (2). Ce n’est pas la même chose d’investir à perte (3) quand le baril est à 30 dollars, que quand on le prévoit à 150 ou au-delà. Et selon l’article précité “Les marchés pétroliers s’inquiètent de plus en plus de l’équilibre entre l’offre-demande à moyen-terme”. Car si un champs est découvert, il peut y avoir un délai de 10 ans avec la mise effective en production, ce qui ne changera pas le cours de l’offre.

Mais pour l’instant, il s’agit de gagner du temps, de ne pas ajouter à la menace de la faillite de la Grèce et de la cascade

Selon un des contacts de notre locale des Amis de la Terre, une diminution de 30% de la production pétrolière pourrait avoir pour impact "A dollar constant, c'est une augmentation des prix possible de 50 à 100%...".

Un calcul effectué sur base "d'une des formules d'actualisation proposée par JP Hansen (electrabel) dans son livre "Energies, économies et politiques", ils y précises les mécanismes de fixation des prix sur base du principe de rente et des ressources... à lire".

Ce type d'information renforce la pertinence des initiatives de transition telles que celle en cours de développement à Ath, avec le soutien des Amis de la Terre.

de défauts souverains qui pourraient en résulter (Irlande, Portugal), la perspective imminente d’un troisième choc pétrolier. C’est la raison pour laquelle “Pour éviter qu’un choc pétrolier ne grippe un peu plus la croissance mondiale, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a décidé, jeudi, de mettre 60 millions de barils sur le marché au cours des trente prochains jours (4) “.

 

Sources :

Novethic

(1) Auteur notamment du livre :”La crise pétrolière – Analyse des mesures d’urgence”, Ed EDP Sciences, 2009

(2) Jean-Michel Bezat, “En 2011, l’investissement est au plus haut dans l’exploration-production de pétrole”, Le Monde, 17/6/2011

(3) En 2003, la société de consultants énergétiques Wood MacKensie indiquait que, sur 8 milliards de dollars engagés en recherche de nouveaux gisements par les dix premiers groupes pétroliers, le montant commercial des découvertes a plafonné à 4 milliards de dollars. Aujourd’hui, on consomme 7 barils pour un découvert.

(4) Claire Gatinois, “La maladie grecque frappe les banques”, Le Monde, 26 et 27/6/2011

 

Un article paru le 27 juin 2011 sur le site très intéressant : www.transition-energie.com

 

Publié dans Revue du Web

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article